AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Oh crap! {Feat Alex'.}

Aller en bas 
AuteurMessage
Leynah H. Waldorf
    P oupey . DeLux*

P  oupey .  DeLux*
avatar

Féminin Nombre de messages : 144
Age : 26
Passions. : • Censuré! xD •
Mood. : • Excellente •
.Identity Photo. :
.Citation. : Si on devait enfermer les cons dans des placards, y'aurait personne pour fermer les portes.
Date d'inscription : 21/12/2008

So Egocentric.
MOYENNE SCOLAIRE : 18/20. Quoi ? Tu me croyais bête ?
LiNKS:
YOUR SECRETS:
MessageSujet: Oh crap! {Feat Alex'.}   Jeu 1 Jan - 19:52

    *Je suis en plein cauchemar*

    Ce qu'il s'était passé ? Tout d'abord, comme chaque mardi matin, Leynah Waldorf, étudiante au préstigieux lycée de la Royal Academy School, s'était réveillée lorsque son petit réveil Tiffany avait sonné à 6h45. Un réveil difficile comme chaque matin. Elle avait hurlé tous les gros mots qu'elle connaissait, et s'était rendormie, jusqu'à ce qu'il se remette à sonner, deux minutes après. Résignée, elle avait donc repoussé ses couvertures de soie rouges et s'était levée, en baillant. D'un pas lent, et la mine encore endormie, elle avait prit la direction de la salle de bain, pour prendre une douche rapide, puis s'était habillée, d'un slim noir, et d'une tunique blanche Dolce & Gabbana, avec aux pieds ses toutes nouvelles ballerines Sigerson Morrison, qu'elle avait eu en exclusivité, par le créateur lui-même. Et oui, avoir des parents bien placés, ça aide énormément... Elle avait longuement hésité pour la coiffure à adopter pour ses longs cheveux châtains, puis avait finalement décidé de les boucler avec la mousse que lui avait prêté sa meilleure amie Caitlyn. Une grande première. D'habitude, elle les préfèrait lisses, mais un petit changement de temps en temps, c'est pas si mal. Quoique, elle se trouvait bizarre devant le miroir mais passons, il ne lui restait plus beaucoup de temps. Comme si cela lui importait vraiment. Elle s'était rapidement maquillée, prenant bien soin d'appliquer sa crème anti-cernes, une couche d'eye-liner, de mascara et de gloss et terminé. Son sac Louis Vuitton était déja préparé depuis la veille, lorsqu'elle avait bouclé ses devoirs. Si si, vous avez bien lu, elle avait fait ses devoirs hier. Et comme depuis quelques temps, elle avait sauté le petit déjeuner et était allé grimper dans sa voiture, une magnifique BWM noire, cadeau de son père, ce connard. Bon Dieu, qu'est ce qu'elle pouvait le détester! Mais peu importe. Seul les cadeaux qu'il lui offrait comptait. Bref. Depuis sa rupture avec Alexander pour être précise, on lui avait fait remarquer qu'elle mangeait de moins en moins. Et alors ? Si elle n'avait pas faim, elle n'allait pas se forcer, si ? Si c'était pour gerber après, mieux valait éviter. Et, enfin, lorsqu'il fut 8h00, direction la salle de mathématiques de son immense et magnifique lycée, pour commencer la journée.

    Leynah était une excellente élève à l'école. Non, rectifions : en classe, les professeurs préferaient toujours quand elle n'était pas là, car elle trouvait toujours le moyen de foutre le bordel. Mais il n'excluait pas que la miss récoltait toujours d'excellentes notes, sans même prendre le temps de revoir ses leçons. Mais aujourd'hui, ce ne fut malheureusement pas son jour. Enfin, elle entra en classe, alla s'assoir à sa place habituelle, au fond, aux côtés de ses deux meilleures amies, Joy et Caitlyn et le professeur, qui était d'ailleurs très sexy, virile, avec une sublime voix grave, leur annonça qu'il leur rendait leurs contrôles qu'ils avaient fait la semaine dernière. Un murmure parcourut les élèves, chacun se demandant quelle note ils allaient avoir. Pour sa part, Leynah était relax comme toujours. Elle savait qu'elle allait avoir un 18, quelque chose dans le style. Puis, sa copie arriva, et elle aperçut écrit en rouge dans la marge : "Si vous n'aviez pas copié sur Trisha Cullen, vous auriez eu 20. Je regrette de vous ôter le 2, mais je vous fait cadeau du 0." O ? Les yeux de Leynah s'étaient exhorbités : quoi ?? C'était quoi ce foutu bordel ?? Elle n'aurait jamais copié sur Trisha, celle-ci étant le clone de Paris Hilton, et le même QI qu'une huitre. Elle n'avait copié sur personne. Aussitôt, elle avait relevé les yeux sur son professeur, Mr Cooper, et s'était écrié :

    « Quoi ? C'est quoi ça ? Je n'ai copié sur personne »
    « Alors, faites vous de la télépathie ? »
    « C'est dommage que je n'en fasse pas, sinon vous sauriez tout ce que je pense de vous. Je répète que je n'ai pas copié sur Trisha, cette sale bouf... »
    « Comment cela se fait-il que vous ayez exactement les même réponses et phrases ? »
    « C'est elle qui a copié. Vous êtes sur d'avoir eu votre diplôme de professeur ? »


    A ce moment, Trisha Cullen s'était incrustée dans la conversation, en tendant grossièrement l'index vers Leynah :

    « Elle ment! Elle est derrière moi. Je n'aurai pas pu copier! »
    « Mademoiselle Cullen a raison, ça n'... »
    « Je vais vous en montrer moi des raisons »


    Et Leynah s'était levé de sa place, s'était ruée sur cette conasse de Trisha, et lui avait tiré violemment les cheveux, la giflant en même temps. Le professeur intervint immédiatement, et résultat : une heure de colle pour Leynah Waldorf. Youpi! >.< Elle ramassa ses affaires, et résista à faire un doigt à ce con de prof merdique. Peut-être bien qu'il ressentait quelque chose pour cette traînée de Cullen, car ce n'était pas normal qui l'accuse, elle, alors qu'elle avait toujours des 18, et Trisha des 1, 2 maximum 3. Allez tous vous faire foutre, bande de losers. Elle irait se plaindre au proviseur, mais vu son taux de compréhension, elle était au moins sûre d'avoir un 0 dans sa moyenne. Avant de claquer la porte, elle lança un :

    « Je te le ferais regretter salaud! »

    Peut-être bien qu'il rajoutera une autre heure plus tard ? Mais elle tiendrait parole, en tout cas. Elle connaissait déja les trucs : les pneus de sa voiture à crever, le poivre à verser dans son café, des copies à déchirer... Bref, à 8h15, elle entra en salle de colle, l'humeur massacrante. Il y avait seulement un surveillant, à qui elle donna son motif de renvoi de cours, et aucun étudiant. Super, elle allait bien s'amuser. De plus, ce n'était la première fois qu'elle venait dans ce lieu sinistre : on aurait dit une prison. Miss Waldorf s'assit à une table au fond, sortit une feuille et un crayon rose, puis commença à dessiner des modèles de vêtements. Elle adorerait pouvoir être styliste plus tard, et étudier à Stanford. Son rêve! Stanford! Ce serait trop bien. Mais pour l'instant, il lui restait encore une autre année ici. Mais elle aimait bien la Royal Academy School aussi. C'était un peu son second chez elle. Elle n'avait peut-être pas tant envie de partir non plus. Leynah résista à sortir son Ipod, mais finalement décida de continuer à dessiner.

_________________

    And I said : Romeo take me
    Somewhere we can be alone
    I'll be waiting
    All that's left to do is run.
    You'll be the Prince
    And I'll be the Princes
    It's a Love Story
    Baby just say Yes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://privileged-people.forumactif.org
Alexander K. Scofield
Delicious and Dangerous
avatar

Masculin Nombre de messages : 13
Age : 30
Credit Avatar : Obsession & Bloody fairytale
Mood. : excellent!
.Identity Photo. :
Date d'inscription : 31/12/2008

So Egocentric.
MOYENNE SCOLAIRE : 17/20
LiNKS:
YOUR SECRETS:

MessageSujet: Re: Oh crap! {Feat Alex'.}   Jeu 1 Jan - 22:59

7h05: villa des Scofield


    Encore plongé dans les bras de Morphée, et dans un rêve qu’il n’aurait quitté pour rien au monde, Alexander n’entendit pas immédiatement la voix de sa bonne le prier de se lever pour ne pas être en retard. Le jeune homme voulait rester encore un moment dans les bras de cette blonde sculpturale et il enserra son coussin contre lui avec plus de force et de conviction, pour essayer de la retenir et empêcher cette voix tonitruante de prendre le dessus. Mais les rayons du soleil à travers la baie vitrée de sa chambre eurent raison de lui lorsqu’ils le frappèrent de plein fouet, les rideaux à présent tirés. Maria, sa bonne, était vraiment une traîtresse et il se jura de le lui faire payer. Ouvrant un œil pour affronter cette nouvelle journée, il le referma bien vite pour remontrer sa couette au dessus de sa tête mais une main puissante en prit l’un des bords pour la tirer violemment, et il eut beau se battre avec acharnement, l’hispanique remporta la bataille, et il se retrouva en bas de pyjama, au milieu de son lit défait. Grognant de mécontentement, il s’agita comme un enfant de huit ans avant de se décider à se redresser en position assise et à ouvrir les yeux. Finalement, il devrait reconsidérer le fait de posséder un réveil dans sa chambre.
    Se levant enfin dans un ultime effort, il tituba jusqu’à sa salle de bains privée, regrettant amèrement d’avoir organisé cette soirée poker entre amis la veille, soirée qui s’était prolongée jusqu’à tardivement dans ma nuit. Heureusement, le jet d’eau de sa douche fut libérateur et il sentit ses muscles se détendre en même temps qu’il se réveillait. Une bonne demi heure plus tard, Alex en sortit enfin, la peau rougie par la chaleur de l’eau et se dirigea vers sa garde robe pour choisir ce qu’il allait porter, chose qu’il lui prit bien encore dix minutes. Finalement, il opta pour la simplicité, c’est-à-dire un jean et une chemise dans des tons pastels dont il releva les manches pour ne pas souffrir de la chaleur ambiante. La seule différence avec le commun des mortels? Il était griffé des meilleures marques du moment. Suivre la mode dans ce milieu était quasiment vitale, même si cela devait le mettre en retard. Il ne prit comme petit déjeuner qu’un croissant et un café et se rua dans sa voiture avec chauffeur, refusant de conduire à une heure si matinale. Vingt minutes plus tard et dans une ponctualité très approximative, il franchissait le portail de la Royal Academy School.

    Bien évidemment, les couloirs étaient vides et les étudiants avaient rejoins depuis longtemps leur salle de cours, sauf lui, encore et toujours le vilain petit canard. Alex ne se démonta pas pour autant et dans une nonchalance qu’il maîtrisait à la perfection, il se rendit vers son premier cours qui devait traiter d’économie si ses souvenirs étaient exacts. Collant son oreille à la porte, il attendit d’entendre le bruit de la craie sur le tableau, signe que son professeur tournait le dos à la classe et entra dans la salle avec une discrétion qu’on ne lui connaissait pas. Malheureusement pour lui, les quelques rires de ses camarades trahirent sa présence et le professeur se retourna au moment où Alex atteignait sa chaise.


    « Mr. Scofield, je suis honoré que vous nous gratifiez de votre présence » annonça le quadragénaire.
    « Tu m’étonnes! » répondit simplement le jeune homme quelque peu moqueur.
    « Vous n’êtes cependant pas dispensé d’aller chercher un billet de retard! »
    « Je ne vais pas redescendre deux étages et traverser un couloir pour aller signifier que j’ai dix minutes de retard, vous pouvez le voir tout seul sur votre montre » répliqua-t-il, le silence s’installant dans la classe.
    « Allez-y et pour une fois ne faîtes pas d’histoire » se contenta de répondre le professeur.
    « Non »
    « Je vous demande pardon? »
    « J’ai dit non! En plus de ne pas savoir lire l’heure vous êtes sourd? On met vraiment n’importe qui à l’enseignement maintenant! »
    « Sortez de mon cours, une heure de colle pourra peut-être vous remettre les idées en place Scofield! » conclut le prof, le feu aux joues et tentant de se contenir devant le reste de ses étudiants.
    « Mr. Scofield! » rectifia le jeune homme en sortant tranquillement de la classe.

    Finalement, il avait bien fait d’arriver en retard, il venait ainsi de se dispenser d’un cours d’économie. Il fallait juste que son père ne soit pas mis au courant de cet incident si il ne voulait pas un nouveau sermon sur son comportement insolent. Ce dernier avait main mise sur son fils et il le savait. Il savait que tant qu’il alimenterait les comptes en banque de son fiston, il pourrait faire à peu près tout ce qu’il voulait de lui, comme la séparation avec sa petite amie ou pour tout le reste. Bref, si Alexander voulait aller à Harvard et se payer tout ce qu’il voulait, il fallait qu’il ne s’attire pas les foudres du paternel.
    Se rendant d’un pas traînant vers la salle réservé aux étudiants dans son genre, il ne croisa personne dans les couloirs. Il n’était pourtant pas le seul élève insolent non? Si?
    Frappant lascivement à la porte, il entra pour se retrouver face à un surveillant guère plus vieux que lui et lui tendit le bulletin expliquant les raisons de son renvoi, avant de se rendre compte qu’il n’était pas seul. Et sur les centaines d’étudiants qu’il y avait dans l’établissement, le jeune homme se retrouvait avec Leynah, son ancienne petite amie, avec qui il avait rompu par « obligation » récemment. Il savait qu’il aurait du se sentir gêné, surtout après ce qu’ il avait fait, mais il était bien trop heureux d’avoir une raison d’être avec elle sans que son père puisse le lui reprocher par la suite, si jamais il était au courant d’une manière ou d’une autre. Il n’y avait pas d’autres élèves à part eux deux et un léger sourire quelque peu pervers étira ses lèvres.

    Prenant ses aises, il prit place à la table derrière elle, de manière à pouvoir lui parler de manière discrète sans se faire interrompre toutes les cinq secondes par le surveillant. Il se pencha un peu en avant, pour être plus près d’elle, se disant que sa journée ne pouvait décidément pas mieux commencer.


    « Salut Waldorf! » lança-t-il dans un sourire. « Je ne savais pas que tu étais prête à te faire renvoyer de cours pour me revoir » commença le jeune homme pour la taquiner.

    C’était leur jeu favori avant qu’ils ne sortent ensemble, même pendant leur relation d’ailleurs, le moyen qu’ils avaient de communiquer tous les deux, et c’était bien plus facile pour Alex de la provoquer plutôt que de jouer les chiens battus plein de remords.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leynah H. Waldorf
    P oupey . DeLux*

P  oupey .  DeLux*
avatar

Féminin Nombre de messages : 144
Age : 26
Passions. : • Censuré! xD •
Mood. : • Excellente •
.Identity Photo. :
.Citation. : Si on devait enfermer les cons dans des placards, y'aurait personne pour fermer les portes.
Date d'inscription : 21/12/2008

So Egocentric.
MOYENNE SCOLAIRE : 18/20. Quoi ? Tu me croyais bête ?
LiNKS:
YOUR SECRETS:
MessageSujet: Re: Oh crap! {Feat Alex'.}   Ven 2 Jan - 21:39

    Leynah était une habituée de ce lieu. En classe, et ce depuis la primaire, la miss avait toujours eu un comportement dissipé. Hyperactive de naissance, il tenait presque du domaine de l'impossible pour elle de rester assise sans bouger durant une heure. C'était trop long. En cours, il fallait toujours qu'elle ait quelqu'un avec qui parler. Elle était le genre à balancer des bouts de papier sur le professeur, celle à s'enfuir par la fenêtre lorsqu'il tournait le dos, celle à toujours se faire virer de classe. Et bien évidemment, dès qu'il y avait un ennui, il était pour elle. Les heures de colle n'avaient pas manqué durant sa scolarité, au grand damn de sa mère, qui recevaient les nombreux appels du proviseur. Mais parallèlement, Leynah récoltait d'excellentes notes, sans même prendre le temps de réviser où de revoir ses leçons. Ayant une très bonne mémoire, elle pouvait se permettre de sortir tous les soirs. Bref. Mais malgré cela, elle détestait se retrouver en colle, sa seconde maison, comme le lui rappellait chaque fois le surveillant. Pour l'instant, elle lui jetta un coup d'oeil : il était plongé dans un journal. Oh god! Qui étaient les ploucs qui lisaient toujours le journal ? Mais au moins, il ne lui prêtait pas attention. Elle pourrait peut-être tenter de s'échapper ? Oui, c'était une bonne idée. Bon, la porte était un peu loin, mais elle savait se montrer discrète. Alors, doucement, elle saisit son sac, qui était posé sur la chaise à côté de la sienne, et ferma sa trousse Louis Vuitton, quand soudain du bruit se fit entendre. Han merde, merde, merde! Elle releva immédiatement ses magnifiques yeux bleus-gris, et s'immobilisa aussitôt. Alors là, elle ne pouvait pas tomber pire, c'était clair. Deviner qui était arrivé n'était pas vraiment difficile : Alexander, bien sûr. Leynah faillit se cogner la tête contre son bureau, mais se retint à temps. Décidément. Elle enchaînait les mauvaises surprises aujourd'hui. Elle rouvrit sa trousse, reposa son sac, saisit à nouveau son crayon rose et se remit à son dessin, ayant commencé les esquisses d'une robe de soirée. C'était vraiment pas de chance. Sur tous les élèves du lycée, il avait fallu que ce soit lui. Pas croyable.

    *Respire, Leynah*

    Habituellement, miss Waldorf n'était pas aussi méchante, il ne fallait pas le croire. Simplement qu'avec Scofield, c'était différent. En effet, les deux jeunes étaient sortis ensembles, l'année dernière, lorsque Leynah avait entamé sa première année au lycée. Bon d'accord, ils étaient franchement loin de s'entendre à merveille, mais Leynah pouvait au moins affirmer qu'elle l'aimait sincèrement. Où plutôt qu'elle l'a aimé sincèrement. Car ce n'est plus exactement ce que c'était. Après douze mois d'une jolie romance, Alexander lui avait annoncé qu'il la quittait, parce que leurs familles respectives n'étaient pas vraiment amies. Un coup que la Waldorf n'avait pas supporté, surtout après tout ce temps. Déja, qu'elle ne s'était jamais engagé dans une relation longue auparavant alors ça, ça avait été la cerise sur le gâteau. D'autant plus que ce n'était pas son unique souci. Quelques temps avant qu'Alex' lui annonce qu'il la quitte, Leynah s'était rendue compte, en allant chez son médecin pour une visite, car ces derniers temps elle se sentait putôt mal. La raison était tombée : elle était enceinte. Oh god! A cette nouvelle, Leynah était restée tétanisée. Enceinte, elle ? Nan, impossible! Et pourtant, si! Après ça, elle était restée deux jours chez elle, à se ronger les pouces, et à tenter de prendre une décision. Une bonne décision. Bien que cela lui fasse peur, elle avait décidé de tout révéler à Alexander, parce qu'il avait le droit de savoir. Elle allait s'apprêter donc à se rendre chez lui, quand sa porte avait sonné. Surprise! C'était lui. Miss Waldorf se souvint qu'elle l'avait trouvé particulièrement nerveux et stressé, et au début de leur conversation, avait tenté d'alléger l'ambiance. Mais rien à faire. Il n'était même pas entré, et il lui avait dit, comme ça, qu'entre eux deux, c'était terminé. Comment le lui révéler après une déclaration pareille ? Elle lui avait demandé de dégager, avait claqué la porte sur son passage, puis était partie fondre en larmes dans son lit. Elle était resté dans cette situation presque une semaine, avait refusé de parler avec sa mère, qui s'inquiétait, et puis, sur un coup de tête, avait décidé d'avorter. Chose faite! Et depuis ce jour, rien n'était plus pareil.

    Leynah aurait presque envie d'aller embrasser son professeur de mathématiques, et le supplier à genoux de la reprendre, et presque même plaidé coupable pour quelque chose qu'elle n'avait pas fait, si cela lui épargnait une heure de colle avec Alexander. Mais c'était trop tard, et il allait donc falloir qu'elle fasse avec. Elle soupira. Tant qu'il ne lui adressait pas la parole ni rien, ça irait. Mais bien sûr, ce n'était pas ce qui allait se passer. Elle était vraiment malchanceuse! Elle le sentit passer auprès d'elle, et entendit la chaise râcler derrière son dos. Pffiou! Sur toutes les autres places vides, il fallait qu'il prenne celle-là. Comme par hasard. Leynah se crispa aussitôt. Et elle entendit sa voix résonner, s'adressant à elle. Pour le revoir ? Elle était bien bonne celle-là! Se retourner et le tarter, ce fut la première excellente idée qui lui vint à l'esprit, mais malheureusement, elle ne s'y résolut pas, n'ayant pas le cran. Miss Waldorf releva une nouvelle fois ses yeux en direction du surveillant, qui lisait cette fois un magazine politique. Hanlala. Trop nul! Mais franchement, il était le dernier de ses problèmes. Et ne pouvant pas se la fermer, Leynah se tourna du côté d'Alex', et dans un sourire ultrafaux, elle lui répondit :

    « Arrête Scofield, où j'envoie une vidéo à ton père, en lui montrant que tu es en train de me parler! Ca ne lui plairait pas hein ?! »

    C'était bas, mais c'était la seule réplique qui lui vint en tête. OMG. Il restait toujours aussi rageusement magnifique, c'était insupportable. Elle se passa une main dans les cheveux, comme elle le faisait quand elle était nerveuse, et se retourna. C'était fini. Elle ne voulait plus lui parler, où alors, elle allait craquer, et piquer une crise ici, ce qu'elle ne voulait absolument pas. Alors, c'est sur un ton calme qu'elle ajouta :

    « Arrête de me parler Alexander, c'est vraiment insupportable, tu n'imagines même pas! Et surtout, ne prends pas ces tons légers, c'est d'autant pire. Franchement! »

_________________

    And I said : Romeo take me
    Somewhere we can be alone
    I'll be waiting
    All that's left to do is run.
    You'll be the Prince
    And I'll be the Princes
    It's a Love Story
    Baby just say Yes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://privileged-people.forumactif.org
Alexander K. Scofield
Delicious and Dangerous
avatar

Masculin Nombre de messages : 13
Age : 30
Credit Avatar : Obsession & Bloody fairytale
Mood. : excellent!
.Identity Photo. :
Date d'inscription : 31/12/2008

So Egocentric.
MOYENNE SCOLAIRE : 17/20
LiNKS:
YOUR SECRETS:

MessageSujet: Re: Oh crap! {Feat Alex'.}   Dim 4 Jan - 23:38

    Quand son père avait demandé à lui parler en privé dans son bureau, Alexander avait d’abord eu un mouvement de recul, se disant que son paternel avait été mis au courant de l’une de ses nombreuses bêtises et qu’il allait devoir en payer les conséquences, comme souvent. Car malgré son statut de petit gosse de riche qui pouvait tout se permettre, quand il s’agissait de la réputation de la famille Scofield et surtout celle de son père, le jeune homme dégustait autant que les autres fils, aussi gâté soit-il. C’était pour cette raison qu’il s’était assis face au patriarche docilement sans faire d’histoires et sans poser de questions. Et puis son père lui avait alors exposé les faits, il devait quitter sa petite amie au plus vite, ce qui avait fait éclater Alex de rire, lui qui pensait avoir droit à un sermon bien posé et à des problèmes beaucoup plus grave. Mais son rire s’était vite effacé quand il avait vu l’air grave de son vis-à-vis et le sérieux de son dernier. Le jeune homme avait alors demandé des explications et la raison d’une si soudaine requête, et le plus vieux des deux avait prétexté les tensions qui régnaient entre les deux familles des étudiants et le fait que leur relation ne pouvait plus durer.
    Alexander s’était bien sûr rebellé, en disant qu’il ne ferait jamais une chose pareille juste parce que ce dernier avait eu une subite révélation divine, mais le chantage des cartes de crédits avait très bien fonctionné sur lui. Si il ne mettait pas un terme à sa relation avec Leynah Waldorf, il pouvait dire adieu à ses comptes en banque, à ses cartes de crédits et à sa jolie petite vie guindée. Malheureusement, il n’avait pas fallu longtemps au jeune homme pour faire son choix et prendre le parti des billets verts.
    Parfois, il lui arrivait de regretter son choix, d’avoir une fois obéit à l’influence de son père et d’avoir quitté une fille comme Leynah, le genre de filles que l’on ne rencontrait pas à tous les coins de rues, et parfois, il se disait que c’était mieux, dans le sens où leur relation était tumultueuse. Ils ne se gênaient pas pour flirter avec d’autres personnes, attisant leur jalousie respective, ce qui donnait un petit côté malsain. Et même si dans le fond Alex était très attaché à elle, après un an, c’était normal, il se disait que ça valait mieux ainsi. Mais c’était surtout pour calmer sa conscience, qui se manifestait rarement en d’autres occasions, et ne pas se donner le mauvais rôle et se considérer comme un salaud. Mais ce qui était fait était fait, et il ne pouvait pas revenir en arrière, alors autant prendre le taureau par les cornes et foncer dans le tas, ce qu’il faisait souvent, foncer sans réfléchir.

    En y réfléchissant, se retrouver en colle avec la jeune femme n’était peut-être pas la meilleure façon de commencer sa journée. Il s’était imaginé, maintenant qu’ils n’étaient plus ensembles, que les deux étudiants allaient recommencer leur petit jeu du chat et de la souris, à celui qui aurait le dernier mot sur l’autre, bref, à se détester gentiment, ou à s’apprécier haineusement tout dépend de la manière dont on prend les choses. Mais visiblement, les règles du jeu avaient bel et bien changées et il ne pouvait plus se permettre de la provoquer, en tout cas c’est de cette façon qu’il comprit les choses quand Leynah répondit à sa provocation. Il n’en comprenait pas forcément la raison, puisqu’ils avaient toujours fonctionné de cette façon, depuis un an, alors cette attitude lui semblait presque naturelle, mais apparemment, il lui faudrait en changer. Bon certes, leur relation avait changé, Alexander avait mis fin à leur histoire il y a un petit moment et ça ne s’était pas très bien passé, à juste titre, les séparations se passaient rarement dans le calme et la bonne humeur. Et ce n’était pas tant le fait qu’elle l’envoie balader qui le surprenne, non, ça, il en avait l’habitude depuis le temps mais le ton qu’elle avait employé. Pas d’agressivité, juste un ton calme et posé, ce qui ne lui ressemblait pas, en tout cas pas quand elle s’adressait à lui. Le jeune homme avait pourtant laisser couler un peu d’eau sous les ponts, en prenant soin de l’éviter et de ne pas l’affronter pour quelque temps, afin que les choses se tassent entre eux, mais il n’avait visiblement pas attendu assez longtemps. Un peu surpris, il ne répondit pas tout de suite et s’adossa à sa chaise, fixant avec insistance le dos de la jeune femme, une moue boudeuse sur le visage, comme un gamin de huit ans qu’on aurait vexé et blessé dans son orgueil, et croisa les bras sur son torse, réfléchissant à comment il pourrait continuer cette « non » conversation, parce qu’une chose était sûre, il n’avait pas l’intention de laisse tomber.

    N’empêche qu’il ne savait plus trop quoi répondre à ça, lui qui avait pourtant une répartie à toute épreuve, mais le jeune homme n’avait jamais eu à vivre ce genre de situation par le passé et il appréhendait souvent les nouvelles choses et leur perspective. Une vidéo à son père? Pourquoi pas, tant qu’il les voyait juste discuter, il ne risquait pas grand-chose. Ce qui ennuyait surtout l’homme d’affaires, c’est les batifolages et les cabrioles dans la paille, ou plutôt à l’arrière des limousines et sur du cuir dans leur cas, mais là n’était pas la question. Alex choisit de ne pas répondre à ça, simplement parce que la dernière chose dont il voulait parler avec la jeune femme était bien son père. Et une pensée fugace lui traversa l’esprit un instant, à savoir si leur père respectif ne s’étaient pas entendus pour mettre un terme à leur liaison, une sorte d’ alliance éphémère entre leur deux familles pour les séparer, ça aurait été plus que comique et sonné un peu trop comme Roméo et Juliette, et comme l’étudiant n’était pas un fanatique de Shakespeare, il préféra laisser tomber cette hypothèse peu vraisemblable
    Ne voulant pas abandonner la partie, il se pencha à nouveau vers la jeune femme, caché des yeux du surveillant, ce qui lui laissait une certaine liberté. Le ton calme de Leynah l’avait autant effrayé que perturbé, et il préférait encore la voir en colère, ça l’avait toujours profondément excité, mais ça, mieux valait ne pas lui dire tout de suite.


    « Oh aller Leynah, ne fais pas ta difficile, on est plus ensemble mais on peut quand même se parler non? » lança-t-il un peu plus sérieux puisqu’elle n’appréciait pas ses tons légers. « C’est vrai quoi, c’était plutôt pas mal nous deux, mais on passait notre temps à se quereller et à aller voir ailleurs, en sachant très bien qu’on était très jaloux, c’était beaucoup mieux d’arrêter » ajouta le jeune homme dans une explication très brève et sans grand enthousiasme, tout simplement parce qu’il ne croyait pas vraiment à ce qu’il était en train de dire.

    « Et puis tu t’es vite consolée à ce que j’ai entendu dire, dans les bras et peut-être même le lit de ce crétin congénital de Archibald » ne put-il s’empêcher de lancer dans un pic bien senti et sur un ton un peu plus agressif, sans doute un peu jaloux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leynah H. Waldorf
    P oupey . DeLux*

P  oupey .  DeLux*
avatar

Féminin Nombre de messages : 144
Age : 26
Passions. : • Censuré! xD •
Mood. : • Excellente •
.Identity Photo. :
.Citation. : Si on devait enfermer les cons dans des placards, y'aurait personne pour fermer les portes.
Date d'inscription : 21/12/2008

So Egocentric.
MOYENNE SCOLAIRE : 18/20. Quoi ? Tu me croyais bête ?
LiNKS:
YOUR SECRETS:
MessageSujet: Re: Oh crap! {Feat Alex'.}   Mer 7 Jan - 23:41

    Flashbacks.

    << Leynah introduit la clé dans la serurre de la porte d'entrée, tourna la poignée, et entra chez elle, tandis qu'il faisait nuit noire dehors. A pas lents et silencieux, elle tente de se diriger vers sa chambre, sans faire de bruit, mais aperçoit la lumière du salon allumé. Elle y risque donc un coup d'oeil. Sa mère est assise sur le fauteuil de velours bleu, son préféré.

    - Maman ? Tu ne dors pas ?
    - Leynah, tu m'avais dit que tu rentrerais à minuit au plus tard, de ta fête. Et il est presque deux heures du matin!
    - On a un peu tardé. Désolée. Mais toi, tu fais quoi encore debout ?
    - Je t'attendais, figure-toi!
    - Bien sûr! Ce serait la première fois.
    - Pardon ?
    - Maman, je sais que tu attends Heath. Il n'est pas rentré, hein ?
    - Chérie, tu peux l'appeller "papa". C'est ton père.
    - Tu parles! Quel père!
    - Leynah!
    - Mais quoi ? C'est quoi ton problème ? Pourquoi tu ne divorces pas, merde ? Surtout que tu sais parfaitement qu'à ce moment-même, il est en train de sauter une salope et qu...
    - Ca suffit!
    - Mais c'est vrai, putain! Pourquoi tu restes encore avec ce connard, à accepter toutes ses peines et t...
    - Parce que je l'aime Leynah! Je l'aime! Je comprends ce que tu ressens, mais je ne veux pas le perdre!
    - Arrête maman! C'est le plus gros tas de conneries qu'on m'est sortie!
    - Non! Je n'aurai pas d'autres raisons de rester avec lui sinon.
    >>

    Leynah n'avais jamais supporté cette décision de Kaylin Waldorf, celle de rester avec son mari trompeur et méchant. Son père ? La blague! Un connard de toute première catégorie, oui! Depuis qu'elle avait soufflé ses quatorze bougies, la miss avait involontairement appris que son père prenait régulièrement du bon temps avec d'autres femmes que sa mère. C'était un soir, et elle se promenait avec Tyler Archibald, dans les rues de Palm Beach. Quand soudain, elle avait aperçu son père à l'accueil de l'hôtel le plus luxueux de la ville, sa main autour de la taille d'une blonde siliconée, l'air parfaitement détendu. Une blonde qui était loin de ressembler à sa mère. Horrible! Une vision horrible! Si Tyler ne l'avait pas retenue à ce moment-là, elle se serait certainement précipité pour les tarter. C'était moche. Bon d'accord, son père était loin d'être l'exemple du père idéal, dans la mesure où il avait toujours fait passer son travail au premier plan, bien avant sa vie familiale, et que par conséquence, il était fréquemment absent. Mais Leynah avait été loin d'imaginer qu'il trompait sa femme, étant donné son imposante stature, et sa discipline de fer autoritaire. Comme quoi, la vie était pleine de mauvaises surprises. Très mauvaises surprises. Et après ça, il décidait encore de la vie de sa fille, fille entre parethèses, ce que Leynah refusait catégoriquement. Leynah ne voulait pas qu'il intervienne dans ses décisions. Ses billets suffisaient largement. Il était donc clair que lorsque ces deux-là se retrouvaient dans une même pièce, les étincelles crépitaient. Bref. Vive la famille!

    Miss Waldorf reporta son attention sur son dessin, qui prenait doucement forme : très légèrement, sans appuyer sur sa pointe, elle dessina les contours d'une ceinture, qu'elle incrustera dans sa robe, mais sa main tremblait tellement, qu'elle dût lâcher son stylo. Sa main tremblait, on se demande pourquoi. Peut-être que la présence détestablement familière de derrière la déconcertait. Bon dieu, quel cran il avait! Même le fait qu'il l'ait laissé tomber comme une vieille chaussette sur l'ordre de son père ne semblait pas le déranger, et il lui parlait comme s'ils étaient des meilleurs amis de longue date. Une de ses facettes. Rien ne le dérangeait, il prenait tout "coolement". Et ça énervait Leynah au plus haut point. Elle faisait "sa difficile" ? Han! Elle était bien bonne celle-là! C'était elle qui était difficile ? Où allait le monde ?! Et en plus, il en rajouta, lui disant que c'était mieux ainsi, dans la mesure où lorsqu'ils étaient ensembles, ils ne se dérangeaient pas pour aller voir d'autres personnes. Mais la Waldorf connaissait ses limites : si elle était en couple, jamais elle ne coucherait avec quelqu'un d'autre. Son père l'avait bien traumatisé à ce sujet, qu'elle ne risquait absolument pas de faire comme lui à ce sujet. Simplement qu'elle aimait bien draguer, tripoter gentillement... Bien! S'il le prenait comme ça. Vraiment, elle le haïssait! On aurait pu dire qu'il n'avait aucune faute, aucune part dans leur rupture. La jolie brunette passa une main dans ses cheveux, geste qu'elle utilisait lorsqu'elle était stréssée, mais ne daigna pas se retourner. Qu'il aille en enfer! Mais pourquoi se sentait-elle si... faible en sa présence ? Depuis son avortement, elle avait l'impression que son corps marchait d'un côté, et elle d'un autre. Peut-être le fait qu'il soit intégré à cet évènement sans le savoir la rendait mal-à-l'aise. Il avait le droit de savoir, elle le savait, même si cela n'avait plus aucune importance, puisque c'était trop tard. Mais elle avait peur de sa réaction : à coup sûr, il allait lui gueuler dessus. Elle lui dirait, mais pas maintenant.

    « Bon très bien. Si c'est ce que tu penses. Décidément, on est vraiment trop différents. »

    Et lorsqu'elle entendit ce qu'il rajouta, à propos du fait qu'elle soit allée vers Tyler, elle faillit piquer une crise et renoncer à ce qu'elle s'était promis sur la vérité. C'était la meilleure! Il tentait de la faire culpabiliser. Vraiment génial! Il ne se gênait vraiment pas, c'était incroyable. Quel con, sérieux! Ok, c'était vrai, elle s'était rendue chez Tyler ce soir-là, mais et alors ? Elle avait totalement le droit de faire ce qu'elle voulait, dans la mesure où ils avaient rompus. Elle était donc libre et ce soir-là, elle s'était sentie tellement triste et délaissée, qu'elle avait presque courue chez Archibald. Et comme d'habitude, il s'était montré compréhensif, et reconfortant. Elle en avait eu bien besoin. Elle se retourna cette fois, ne pouvant y résister, et lui lançant un regard noir, elle lança :

    « Et alors ? En quoi ça te regarde ? Je n'ai pas à me justifier, il me semble! Parce que Tyler m'a encore montré, cette fois-là, que je pouvais compter sur lui. »

    Elle reçut, tout à coup, un bout de gomme, et se détourna aussitôt : c'était le surveillant de la salle, qui le lui avait lancé, pour lui signaler de se retourner et se taire. Elle le fusilla du regard, et obéit. De toute façon, elle n'avais pas le choix. Bref. Elle tenta de saisir son style à nouveau, mais sa main tremblait encore. Et elle n'arrivait pas à se concentrer. C'était chiant. Leynah, incapable de se retenir, souffla en direction d'Alexander, d'un ton nerveux :

    « J'aurai des choses à te dire plus tard. C'est euh... pas tellement important maintenant, mais bon. »

_________________

    And I said : Romeo take me
    Somewhere we can be alone
    I'll be waiting
    All that's left to do is run.
    You'll be the Prince
    And I'll be the Princes
    It's a Love Story
    Baby just say Yes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://privileged-people.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Oh crap! {Feat Alex'.}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Oh crap! {Feat Alex'.}
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» En 2015 nous fêterons les 50 ans des CRAP
» Le pacte (Alex Kava)
» Sang-froid (Alex Kava)
» Alex Summers alias Havok [terminée]
» Alex Gray

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Privileged People :: 
    . The Royal Academy School .
 :: . Royal Academy School Second Floor . :: La salle de colle
-
Sauter vers: